Willing Voyeur..., The

76 minutes, 1993

Deux femmes amies voyagent ensemble dans un train de Washington (D.C.) vers une destination inconnue. À cette destination, une grande gare de chemin de fer presque désertée, des sacs mortuaires, contenant vraisemblablement les victimes d’un tireur, sont tirés du sous-sol et placés dans l’énorme hall principal afin d’être enlevés. Dans le sous-sol, de jeunes personnes courent pour sauver leur peau. Les deux femmes profiteront de la nuit pour faire l’amour ensemble pendant que le tireur solitaire se suicide. Les personnes chargées de rassembler les sacs mortuaires font des observations ironiques faussement philosophiques; elles font notamment remarquer que le contrôle des armes n’aurait pas empêché l’événement qui vient de se produire.
Une voix hors champ, que l’on entend souvent en même temps que la voix des personnages à l’écran, raconte une version des événements souvent légèrement différente de ce qui se passe à l’écran, et répète parfois mot pour mot ce que disent les personnages à l’écran. Indirect et elliptique, le dialogue ne révèle jamais le lien entre les situations présentées. Dans l’étude du thème du pouvoir central et son influence, la structure narrative conventionnelle est complètement passée sous silence ne permettant pas de tirer des conclusions nettes.

Source: Bibliothèque et Archives Canada - Base de données canadienne du long métrage (BAC)

Remarques contribué