Kibbi, The

82 minutes, 2002

Dans un pays étranger, patrie imaginée et réelle, Franchy tombe sur des images et des souvenirs inventés d’une autre patrie. Elle est entourée d’un père syrien qui écrit, d’un réalisateur qui compile les souvenirs de son père en images, d’une mère et d’un jeune voisin qui cuisinent les aliments traditionnels arabes et d’une sœur qui vit dans un dilemme culturel permanent. Les différentes réalités se confondent dans les images que nous voyons au travers des yeux de la sœur. Les actions condensées de la journée et les conflits qui enflent atteignent un point culminant lors d’un repas de famille dédié à la saveur des plats traditionnels arabes. Le lendemain matin, on laisse les filles méditer sur les images et les sons de la journée précédente, un rappel froid et triste de la distance de plus en plus grande qui les sépare.

Source: Bibliothèque et Archives Canada - Base de données canadienne du long métrage (BAC)

Remarques contribué